Dans la catégorie :
Publié le 8 Mai 2008

La fin de la taxe de 3% confirme par la cour de cassation…?

Taxe sur la valeur vénale des immeubles possédés en France par des personnes morales : incompatibilité avec le droit communautaire

Par un arrêt du 8 avril 2008, la chambre commerciale de la Cour de cassation s’est prononcée sur le régime d’exonération, pour les sociétés établies en France, de la taxe vénale des immeubles possédés en France par des personnes morales, instituée par les articles 990 D et suivants du CGI.

En l’espèce, une société holding de droit luxembourgeois était propriétaire d’immeubles sur le territoire français. L’administration fiscale lui avait notifié des redressements au titre de cette taxe. de 3%.

Pour rejeter la demande d’ exonération de la société, la cour d’appel a retenu qu’elle ne peut se prévaloir ni des dispositions de l’article 990 E 2° du CGI, les sociétés holding luxembourgeoises ayant été par échange de lettres exclues du champ d’application de la convention fiscale du 1er avril 1958, ni de celles de l’article 990 E 3°, en l’absence de convention ou de traité répondant aux conditions exigées par ce texte.

L’arrêt de la cour d’appel est censuré au visa de l’article 73 B, devenu article 56, du Traité instituant la Communauté européenne.

La Cour de cassation reprend l’interprétation de la CJCE, qui avait été interrogée notamment sur la question de savoir si les principes de liberté d’établissement et de la libre circ ulation des capitaux doivent être interprétés en ce sens qu’ils s’opposent à la réglementation française (Cass. com., 13 déc. 2005, n° 02-10.359, Sté Elisa : Juris-Data n° 2005-0 31324 ; Dr. sociétés 2006, comm. 50, note J.-L. Pierre ; JCP G 2006, IV, 1157).

La CJCE (voir ancien article) avait décidé que l’article 56 du Traité s’oppose en effet à une législation nationale, (telle que celle résultant des dispositions des articles 990 D et suivants du CGI), qui exonère les sociétés établies en France de la taxe sur la valeur vénale des immeubles possédés en Fra nce par des personnes morales, alors qu’elle subordonne cette exonération, pour les sociétés établies dans un autre État membre, à l’existence d’une convention d’assistance admin istrative conclue entre la République française et cet État en vue de lutter contre la fraude et l’évasion fiscales ou à la circonstance que, par application d’un traité comporta nt une clause de non-discrimination selon la nationalité, ces sociétés ne doivent pas être soumises à une imposition plus lourde que celle à laquelle sont assujetties les société s établies en France et ne permet pas à la société établie dans un autre État membre de fournir des éléments de preuve permettant d’établir l’identité de ses actionnaires personn es physiques (V. CJCE, 4e ch., 11 oct. 2007, aff. C-451/05, Elisa, JCP G 2007, act. 502 ; V. aussi, Dr. fisc. 2007, act. 1057).

Source :

Cass. com., 8 avr. 2008, n° 02-10.359, P+B+R+I, SA Elisa c/ Directeur général des impôts, direction des services fiscaux et de l’informatique, cassation sans renvoi JCP G 2008, note à paraître

Les derniers articles

Bail commercial

Bail Commercial : Réputation non écrite de la clause tunnel et plus dangereux encore ?

Cette décision rappelle qu’une clause fixant un plancher et un plafond dans le cadre d’une clause d’indexation est réputée non écrite. Pour mémoire, la clause ...
Lire la suite →
Bail commercial

Bail commercial : Congé sans indemnité d’éviction

Pour un bail commercial, dans le cadre de la délivrance d’un congé sans offre de renouvellement sans paiement d’une indemnité d’éviction pour motifs graves et ...
Lire la suite →
Bail commercial

Bail commercial: Procédures collectives et suspension des poursuites

En application du principe de l’arrêt des poursuites individuelles le bailleur est irrecevable à poursuivre son action en résiliation du bail fondée sur l’acquisition de ...
Lire la suite →