Dans la catégorie :
Publié le 5 Jan 2020

Validité de la clause de solidarité

La clause de solidarité n’est pas une clause abusive et s’applique à l’occupant qui a quitté les lieux qui doit répondre de son champ contractuel à savoir: les loyers et charges à l’exclusion de l’indemnité d’occupation.

C’est en vain que la colocataire, qui a quitté le logement, soutient que la clause de solidarité entre colocataires insérée dans le contrat de bail est une clause abusive.

En effet, cette clause, dès lors qu’elle prévoit une limitation dans le temps de l’obligation de solidarité à laquelle est tenu le colocataire, ne revêt pas un caractère abusif au sens des dispositions de l’article L.132-1 du Code de la consommation, dans sa rédaction alors applicable.

La solidarité est prévue pour trois ans à compter du congé délivré par l’un des colocataires.

La clause litigieuse prévoit que le bail comporte engagement solidaire et indivisible des colocataires entre eux pour toutes les obligations résultant du contrat et vise, à ce titre, le loyer, les charges et les réparations locatives.

En l’absence de stipulation expresse visant les indemnités d’occupation, la solidarité ne peut s’appliquer qu’aux loyers et charges impayés à la date de la résiliation du bail.

La colocataire, qui a quitté les lieux le 14 août 2015, ne saurait ainsi être tenue au paiement des indemnités d’occupation.

L’arriéré locatif arrêté à la date d’acquisition de la clause résolutoire s’élevant à 2568 euros, la solidarité ne s’applique qu’à cette somme.

Cour d’appel, Caen, 2e chambre civile et commerciale, 12 Décembre 2019 n° 18/01114

Les derniers articles

Bail commercial

Bail commercial : Conditions de fixation judiciaire du loyer binaire

Dorénavant, pour la fixation judiciaire du loyer minimum garanti d’un loyer binaire, le juge doit rechercher dans la commune intention des parties la volonté commune ...
Lire la suite →
Agent immobilier

Agent immobilier : Droit de préemption et honoraires de l’agent immobilier

Dans le cadre d’une vente, la commune qui préempte doit les honoraires de l’agent immobilier, peu importe si ce dernier est l’associé du vendeur. Pour ...
Lire la suite →
Bail commercial

Bail commercial : délai de requalification d’un bail dérogatoire et fraude

En cas de fraude (signatures successives de baux dérogatoires), le délai légal de deux ans pour demander la requalification d’un bail dérogatoire en bail commercial ...
Lire la suite →