Dans la catégorie :
Publié le 1 Nov 2020

Usage exclusif de bureaux et lieu de culte

Lorsque le bailleur donne à bail commercial un local à usage exclusif de bureaux, il ne lui incombe pas de délivrer un local permettant l’accueil du public jusqu’à 300 personnes et soumis de ce fait à la réglementation d’un ERP de 4ème catégorie.

Ainsi, c’est en vain que la locataire recherche la responsabilité du bailleur pour manquement à son obligation de délivrance conforme.

En effet, le bail porte sur un local à usage de bureau, ce qui est conforme à l’affectation administrative des lieux.

L’arrêté préfectoral imposant la fermeture administrative au public de l’établissement n’est pas motivé par le fait que le local ne serait pas à usage de bureaux, mais par le non-respect des règles de sécurité des établissements recevant du public de 4ème catégorie.

L’activité exercée par le preneur est celle de lieu de culte ouvert au public.

En donnant à bail un local à usage exclusif de bureaux, il n’incombait pas au bailleur de délivrer un local permettant l’accueil du public jusqu’à 300 personnes et soumis de ce fait à la réglementation d’un ERP de 4ème catégorie.

Au surplus, les travaux de conformité des locaux avec les normes liées à l’activité du preneur sont mises à la charge de ce dernier par le contrat de bail.

Cour d’appel, Paris, Pôle 5, chambre 3, 30 Septembre 2020 n° 18/03745

Les derniers articles

Bail commercial

Bail commercial : Conditions de fixation judiciaire du loyer binaire

Dorénavant, pour la fixation judiciaire du loyer minimum garanti d’un loyer binaire, le juge doit rechercher dans la commune intention des parties la volonté commune ...
Lire la suite →
Agent immobilier

Agent immobilier : Droit de préemption et honoraires de l’agent immobilier

Dans le cadre d’une vente, la commune qui préempte doit les honoraires de l’agent immobilier, peu importe si ce dernier est l’associé du vendeur. Pour ...
Lire la suite →
Bail commercial

Bail commercial : délai de requalification d’un bail dérogatoire et fraude

En cas de fraude (signatures successives de baux dérogatoires), le délai légal de deux ans pour demander la requalification d’un bail dérogatoire en bail commercial ...
Lire la suite →