Dans la catégorie :
Publié le 29 Mai 2008

Pas de droit de préemption pour le locataire

La Cour de cassation vient réaffirmer un principe: la vente d’un bien occupé n’ouvre pas de droit de préemption au profit du locataire.

En cous de bail, un bailleur adresse à son locataire une lettre simple l’informant que son bail ne serait pas renouvelé compte tenu de sa décision de vendre le bien loué. Le bien est effectivement vendu à un tiers, et le locataire intente une action en nullité de la vente au motif que son droit de préemption a été violé.

Le locataire est systématiquement débouté car la lettre reçue par le locataire ne constitue pas un congé pour vente dès lors que la vente ne remet pas en cause le droit au bail du locataire.

Le bien a en effet été vendu occupé, et dans ce cas, le locataire ne bénéficie d’aucun droit de préemption, sauf s’il s’agit de la première vente après mise en copropriété de l’immeuble (article 10-1 de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965), ce qui n’était pas le cas en l’espèce.

Cour de Casastion 3ème Chambre Civile 1er avril 2008 n°07-11942

Les derniers articles

Bail d'habitation

Bail d’habitation : Délai du commandement de payer

La Cour de Cassation a rendu un avis sur le fait de savoir, si suite à la réforme du 27 juillet 2023, le délai de ...
Lire la suite →
Bail d'habitation

Bail d’habitation : Location AIRBNB et usage

Un local affecté à un usage d’ habitation au 1er janvier 1970 ne perd pas cet usage lorsqu’il est ultérieurement réuni avec un autre local, ...
Lire la suite →
Bail commercial

Bail commercial : Renouvellement à une date différente et indexation

Lorsque la distorsion de la clause d’indexation provient seulement de ce que la date de renouvellement du bail commercial (1er juillet 2019) ne correspond pas ...
Lire la suite →